JE VOULAIS DÉSUNIR LA VIE

Ce coquillage de verre est un objet magique.

On aperçoit des mouvements doux, parfois saccadés, ou à l'arrêt, de deux mains sur un ventre.

Le verre à la double peau joue un rôle important car l'image s'imprime, s'accouple à l'intérieur de la matière cristalline, comme capturée dans l'objet créant une analogie entre la peau du corps et la coquille du mollusque.

Le corps vit à l'intérieur de ce manteau de verre, on aperçoit un ventre, un mont qui épouse les courbes de la conque. 

Le son qu'on entend résonne à l'intérieur de l'enveloppe. Tel un bénitier, il porte un corps plongé dans du lait. 

Avec ces gestes lents qui entourent et caressent le verre, je pense à la boule de cristal et sa diseuse de bonne aventure.

Je voulais désunir la vie, 2019

Installation, projection

Verre soufflé

Dimensions variables

CIAV Meisenthal, Résidence artistique CCE, ENSA Limoges

Je voulais désunir la vie, 2019

Verre soufflé

20 x 14 cm

CIAV Meisenthal, Résidence artistique CCE, ENSA Limoges