JE VOULAIS DÉSUNIR LA VIE

Ce coquillage de verre est un objet magique.

On aperçoit des mouvements doux, parfois saccadés, ou à l'arrêt, de deux mains sur un ventre.

Le verre à la double peau joue un rôle important car l'image s'imprime, s'accouple à l'intérieur de la matière cristalline, comme capturée dans l'objet créant une analogie entre la peau du corps et la coquille du mollusque.

Le corps vit à l'intérieur de ce manteau de verre, on aperçoit un ventre, un mont qui épouse les courbes de la conque. 

Le son qu'on entend résonne à l'intérieur de l'enveloppe. Tel un bénitier, il porte un corps plongé dans du lait. 

Avec ces gestes lents qui entourent et caressent le verre, je pense à la boule de cristal et sa diseuse de bonne aventure.

Je voulais désunir la vie, 2019

Verre soufflé, installation vidéo projection

CIAV Meisenthal, Résidence artistique CCE, ENSA Limoges