MURMURE MOI PLUS FORT

Cet objet posé sur un banc a été inspiré d’un coquillage appelé « Ovula ovum » provenant de l’île de Salomon; cette pièce a été réalisée durant un workshop au Ciav, à Meisenthal, c'est une collaboration, un dialogue, un échange entre le souffleur de verre sculptant la pièce en fusion et suivant ma voix et les lignes de mon dessin.

Pour écouter le coquillage "bouche", il faut se pencher, tendre l’oreille et entendre son bruit intérieur. La résonance épouse une multitude de sens. Ce sont des murmures, des "Haïku" qui se répètent. Les murmures d'un passé.

Lorsque l’on met un coquillage à notre oreille, nous entendons le bruit de notre flux sanguin.

Si chacun possède sa propre histoire, si chacun résonne à sa façon, nous devons tous, pour éprouver la résonance à un moment donné, être prêts à accueillir.

«Dans toute sensation il y a renvoi mutuel du monde à moi, du dehors au dedans – mais dans la sonorité il semble y avoir le renvoi par lequel un monde et un moi se mutualisent. La résonance est le battement d’un espace-temps à travers et autour d’un corps. Une oscillation du monde à moi de moi au monde. L’enfant crie à sa naissance, répondant ainsi aux sens qui lui sont parvenus à l’intérieur de sa mère.» Spectres II - Résonances.

HE STANDS IN AN IN-BETWEEN PLACE WHERE HE CAN BE SEEN (Exposition collective)

Murmure moi plus fort, 2019

Installation sonore

Verre soufflé, banc en chêne

Dimensions : 154 x 45 x 42 cm

Galerie 1, Beaux arts, Limoges, France

Murmure moi plus fort, 2019

Verre soufflé

18 x 13 cm

Pièce réalisée au sein du laboratoire de recherche CCE, Ensa, Limoges

Et, lors d'un workshop au CIAV, Meisenthal