LÂCHER LA PROIE POUR L'OMBRE

Lâcher la proie pour l'ombre, 2016

1 minute  - Film performatif

Bruxelles - Belgique 

Définition du titre au sens figuré : Expression de Jean de la Fontaine - Se laisser distraire de son objectif, de ses intérêts, abandonner un avantage réel pour un profit illusoire.

Cette vidéo est une action positive, accompagnée d’un son alarmant.
Dans les transports en commun de Bruxelles, j’ai observé notre société accrochée, addicte, constamment en tension, contrainte et automatisée.
J’ai utilisé les poignées en cuir; c’est un objet qui m’inspire et me fascine dans mon travail.
Je crée un geste répétitif, une chorégraphie, en détachant les mains crispée des poignées, afin de relâcher et délaisser cette tension.

Ceci représente un abandon, des modèles comportementaux dictés et illusoires.
J’accentue sur le son des portes du tramway, pour créer un rythme désignant notre société en danger, en alerte comme Bernard Stiegler l’affirme dans sa conférence.
 Ce travail ne représente pas « Lâcher la rampe » c’est à dire mourir, comme par exemple, le « Bip » constant d’un défibrillateur. Elle est plutôt l’objet d’un désir, d’entreprendre un autre chemin.

 

Oublier l’ombre et poursuivre notre proie.

Lâcher l’ombre pour la proie, 2016 
Dimensions 50 x 70 cm 
Acier, silicone, plastique 
«Project Room», La Cambre, Bruxelles