LES BRAILLES

Elles sont fines, presque transparentes, telles des feuilles de papier d’une blancheur éblouissante. 

Ce sont des palimpsestes. Un parchemin dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte.
Je les appelle Les Brailles, car chaque feuille porte son écriture, unique et personnelle. 
La caresse de l’œil est alors invitée à se promener sur les altérités de cette peau cristallisée qui forment autant d’énigmes à déchiffrer.

Les Brailles sont cuites au four à gaz, où elles se sont déformées, transformées, et réduites.

Ce sont des peaux de porcelaine fines et translucides.
La lumière de l’espace fait apparaître l’écriture de chacune selon l’heure de la journée et la position de celle-ci, la lumière effleure et caresse la porcelaine qui révèle alors son histoire, ses secrets. La caresse de l’œil séduit l’haptique.

Il y a alors un désir d’identification donc dans laquelle le sujet et l’objet, l’actif et le passif, le regardant et le regardé se confondent. Soutenues par une « Troisième main », les petites pinces tendues, portent délicatement Les Brailles dans les airs. Un contraste et une tension s’opèrent entres eux.

Elles sont cinq comme les cinq doigts de la main et cinq comme les cinq sens.

Les Brailles, 2020 (Caroline, 32 ans)

Porcelaine, acier, fonte

0,1 mm épaisseur

Pièce réalisée au sein du laboratoire de recherche CCE,

Ensa, Limoges

Les Brailles, 2020 (Zélie, 20 ans)

Porcelaine, acier, fonte

0,1 mm épaisseur

Pièce réalisée au sein du laboratoire de recherche CCE,

Ensa, Limoges

Les Brailles, 2020 (Julie, 17 ans)

Porcelaine, acier, fonte

0,1 mm épaisseur

Pièce réalisée au sein du laboratoire de recherche CCE,

Ensa, Limoges

Les Brailles, 2020 (Gaëlle, 23 ans)

Porcelaine, acier, fonte

0,1 mm épaisseur

Pièce réalisée au sein du laboratoire de recherche CCE,

Ensa, Limoges

Les Brailles, 2020 (Laurence, 47 ans)

Porcelaine, acier, fonte

0,1 mm épaisseur

Pièce réalisée au sein du laboratoire de recherche CCE,

Ensa, Limoges