LES ENTRES-DEUX

Les Entres-deux, 2018

Film diptyque, 7’26 min
Chez Agathe Waldmann, Bruxelles

 

Il y a un an, j’ai croisé Agathe dans la rue, sa façon de marcher et son regard m’ont touchée.

Je suis partie à sa rencontre, et avec le temps une confiance et une réelle amitié sont nées entre nous.
Ce film n’est pas une interview avec un questionnaire déjà établi. Il n’y a aucune mise en scène.

C’est une simple conversation entre deux personnes.

J’ai laissé place à la spontanéité, à l’insouciance et à la surprise.
On découvre à travers les images, le lien qui s’est tissé entre nous; que pourtant tout oppose.

Les noirs marquent les chapitres de notre discussion.
La frontière parfois franchie par l’un ou l’autre personnage est l’objet principal de mon intention.

 

     La bulle a cédé,
     le temps s'étale,
     l’espace se courbe,
     la lune se lève.
     Dans cet espace blanc comme la nuit, on laissera proliférer les êtres
     de la métamorphose, de l’entre-deux.